Fruit d'une observation partagée

youtube
banniere-publications

Structure

 

Personnel et horaires de travail


Le tableau ci-dessous permet de visualiser la répartition des heures de travail pour chaque personne ayant exercé une activité à l’OR2S en 2018, grâce à la comptabilité analytique temps mise en place depuis de nombreuses années. Près de 28 500 heures ont été effectuées au cours de l’année, soit le même nombre que lors de l’exercice précédent. Il s’agit cependant du nombre d’heures effectivement travaillées le plus faible depuis l’année 2010. Tout compris, cela correspond à l’équivalent de près de 18 personnes à temps plein sur l’ensemble de l’année, sans tenir compte des heures qui ont été réalisées par certains administrateurs à titre bénévole, tout particulièrement la présidente, le trésorier et la secrétaire générale.

L’effectif des personnes ayant exercé une activité, soit sur l’ensemble de l’année, soit sur une partie de celle-ci, est supérieur à celui de l’exercice précédent : vingt-six contre vingt-quatre. Cet effectif reste cependant bien moindre que ceux des années antérieures (respectivement trente-quatre en 2013, trente-trois personnes en 2014 et trente en 2015). Il faut par ailleurs mentionner que des heures supplémentaires (pour un total annuel de 441) ont pu/dû être effectuées par quatre salariés, pour permettre parfois le rendu de projets dans les temps impartis, mais aussi pour pallier les difficultés de recrutement pour certains travaux nécessitant des compétences spécifiques. Ce total d’heures est supérieur à celui constaté l’année passée même s’il demeure bien inférieur à toutes les années de la période 2010-2015.

En analysant plus finement la répartition des diverses tâches, le traitement des bases de données constitue une partie importante de l’activité, même si elle reste en retrait par rapport aux trois exercices précédents : 1 878 heures contre plus de 3 000 heures pour chacun des cinq exercices précédents. Comme antérieurement, cette activité ne prend pas en compte tout ce qui précède cette gestion des bases de données, à savoir la partie maintenance et développement des outils nécessaires au fonctionnement optimisé des bases de données. De plus en 2018, compte tenu du RGPD et de la réflexion préalable à la récupération des données du SNDS, un important travail a été fait autour de la sécurisation à travers la rédaction d’un document pour décrire les normes de sécurité à fournir aux différentes instances concernées et l’installation au Criann du matériel avec les adaptations du passage de Windows à Linux de tous les outils développés en interne à l’OR2S. Cela a pour conséquence que cette partie a représenté plus de 6 400 heures, soit 22,6 % de l’ensemble des heures travaillées au cours de l’année 2018. Au final, le total des heures travaillées pour ces deux activités complémentaires est le plus important jamais constaté. Le nombre de personnes impliquées est parallèlement conséquent : 24 personnes l’ont été dont plus de la moitié (13) a consacré plus de 190 heures, deux salariés dépassant même les 1 500 heures de travail.

En dehors de ces tâches liées à la gestion des bases de données et aux développements informatiques s’y associant, l’activité qui arrive ensuite a trait à l’analyse et à l’approfondissement des problématiques de santé sur les territoires : plus de 3 400 heures en 2 018. Le programme GeDiDoT est entré dans sa phase de pleine activité à la fois avec la réalisation de fiches thématiques mais aussi avec le développement de l’infocentre (site et exploitation des bases de données) dont la charge est assurée par l’OR2S. Il approche les 2 900 heures de travail en 2018. Avec près de 2 450 heures, le programme Jesais arrive ensuite ; outre le travail de continuité sur l’académie d’Amiens, il comprend en 2018 naturellement les rencontres avec le rectorat de Lille pour l’extension à l’ensemble des Hauts-de-France du dispositif pour l’année scolaire 2018-2019 et notamment celles dans les quatorze bassins éducation formation et toute la transformation nécessaire que nécessite le RGPD pour les deux territoires. La gestion des tâches diverses de fonctionnement et la démarche qualité reste en 2018 comme l’année précédente sous les 2 000 heures. La Plateforme sanitaire et sociale, action menée en liaison étroite avec l’Anthropo-Lab, laboratoire de l’université catholique de Lille, est la dernière activité au-dessus de 1 500 heures. Outre le travail mené par Julien Salingue de ce laboratoire, il faut rajouter à ces heures, celles des membres du Groupe projet, et celles indirectes qui sont comprises dans la maintenance du site internet et des bases de données. Six autres activités sont encore à mentionner en 2018 ayant entraîné une activité compris entre 600 et 1 000 heures : enquête gériatrie pour un peu moins de 1 000 heures, l’accompagnement du service Études, statistique, aide à la décision de l’ARS Normandie pour près de 900 heures, le programme MCP avec près de 800 heures, l’état de santé des détenus pour près de 700 heures, le programme Mon métier demain pour 650 heures et l’enquête EnJEU Santé pour 635 heures. Le recueil Evrest et les aspects de formation, notamment dans le cas de l’accompagnement de la thèse Cifre sont de l’ordre de 400 heures effectives.

Tous les autres travaux sont sous les 300 heures, y compris la Plateforme NEO qui n’a pas pu être lancée en 2018 mais qui a vu quand même les tâches dévolues à l’OR2S être réalisées.

 

Évolution du nombre d’heures annuelles de travail effectivement réalisées depuis 1995, en fonction des principaux postes pérennes d’activité

Nbre dheures2018


Source : OR2S

* comprend le traitement des bases de données et la maintenance des sites Internet, des bases de données et les développements informatiques.

 

Évolution des heures travaillées suivant la nature de l’activité


Avec 28 500 heures travaillées, l’année 2018 aura été marquée par une stabilité de l’activité par rapport à l’exercice 2017, après une baisse conséquente (de l’ordre de 10 % par rapport à 2016, voire plus au regard de 2015).

En parallèle à la comparaison financière, la répartition par type d’activité est proposée sur cette page sur la période 2017-2018 versus 2014-2015. Le différentiel est important en nombre d’heures réalisées puisqu’en moyenne sur la période la plus récente ce sont 6 600 heures en moins par rapport aux deux années d’avant l’effectivité de la loi NOTRe.

La partie « Études » représente, pour les deux groupes d’années, le nombre d’heures le plus important, mais c’est toutefois plus de 1 500 heures en moyenne annuelle d’écart entre les deux périodes au détriment de la période récente. En pourcentage, cette partie représente 38 % en 2017-2018 contre 36 % trois ans plus tôt.

Les bases de données constituent le deuxième pôle d’activité le plus important au sein de l’OR2S avec là encore une diminution de quelque 1 500 heures en moyenne annuelle entre les deux périodes, et ce malgré tout le travail engagé en 2018 sur la sécurisation ayant trait au SNDS, au RGPD et au passage du matériel et des produits au Criann. Cela représente pour les deux groupes d’années 27 % de l’activité.

L’observation sociale prend une part plus importante dans l’activité puisque le nombre est resté identique de l’ordre de 3 900 heures en moyenne annuelle sur les deux périodes. La dynamique Santé observée décroît quelque peu passant d’un plus de 12 % à un peu plus de 10 %. Cela correspond à une diminution en moyenne annuelle de 1 400 heures.

Enfin, il en va de même pour tout ce qui a trait aux aspects de gestion et aux réunions qui ont vu le nombre d’heures diminuer entre les deux périodes de 1 400 heures en moyenne annuelle. Cela représente une part pour cette partie qui est passée sous les 8 % alors qu’elle était de plus de 10 % antérieurement.

La fonction de documentation s’est réduite progressivement à mesure du temps, dans une complémentarité avec celle de l’Ireps dans le cadre du pôle de compétence en éducation pour la santé. Elle représente moins de 1 % de l’activité. Enfin, dernier point, l’accompagnement de la politique de santé représente sur les deux périodes un peu plus de 3 % de l’activité, mené principalement sur le versant normand.

NOUS CONTACTER

Nous contactez

(*)
Entrée non valide

(*)
Entrée non valide